Remboursement de prothèse dentaire : tout savoir sur leur prise en charge

Dès lors que vous dépassez le classique détartrage ou les soins pour une carie, les frais dentaires en France sont très mal remboursés. Si vous avez besoin de prothèses dentaires, la facture s’envole rapidement, tandis que le remboursement devient minime, voire nul. L’assurance mutuelle vous rembourse un complément, mais pas forcément la totalité.

Nutrident.fr fait le point sur les remboursements des prothèses dentaires.

Que coûtent les prothèses dentaires ? 

Les coûts des prothèses sont librement fixés par les dentistes. Vous devez compter le tarif de la prothèse, mais aussi le nombre de consultations nécessaires et parfois l’utilisation d’une prothèse provisoire.

Il est donc judicieux de demander des devis à plusieurs dentistes. Cela vous permet de comparer les prix, mais aussi de vous assurer que la nature de la prothèse est la plus judicieuse.

En effet, pour un problème, il peut exister plusieurs solutions. Par exemple, un dentiste peut vous imposer la pose d’un implant très onéreux, alors qu’un autre estimera qu’il est possible de poser une couronne sur votre dent d’origine, sans recourir à l’implant.

Demandez un devis détaillé qui précise le nombre de consultations nécessaires et le montant remboursé par la sécurité sociale. Envoyez ensuite le devis que vous avez sélectionné à votre assurance mutuelle complémentaire qui vous précisera le montant qu’elle vous rembourse et le reste à charge qui vous est imputé.

Les remboursements en fonction de l’emplacement des dents

Les prothèses dentaires comme les couronnes peuvent être métalliques, en céramique, céramo-métalliques ou dans un alliage précieux (même si très peu de gens choisissent aujourd’hui des dents en or ou en argent).

Chaque cas est particulier et vous devez évaluer les coûts et les remboursements en fonction de l’emplacement de vos prothèses. Pour les dents visibles – incisives, canines et premières prémolaires – la prothèse en céramique à la couleur de vos dents est remboursée, mais il n’en va pas de même pour les autres dents.

La couronne métallique coûte moins cher que la couronne en céramique, d’autant que cette dernière est moins bien remboursée.

Pour les prémolaires et les molaires, il vous en coûtera plus cher de poser une couronne blanche, plutôt qu’une prothèse de couleur métallique qui se voit dès que vous ouvrez un peu la bouche lorsque vous parlez, souriez ou mangez.

Sachant qu’une prothèse dentaire dure au minimum 20 ans, réfléchissez bien avant de vous tourner vers la solution la moins chère. Le surcoût n’est pas insurmontable et, si vous calculez l’amortissement sur la durée, vous pouvez préférer sacrifier un peu d’argent de votre poche pour l’esthétique.

Le remboursement des prothèses par la mutuelle

Il existe une multitude de mutuelles parmi lesquelles il est difficile de faire un choix. Les contrats de complémentaire santé proposent généralement 4 formules :

  1. le forfait fixe annuel ;
  2. le remboursement au pourcentage de l’assurance maladie ;
  3. un compromis entre les deux premières formules ;
  4. une couverture non plafonnée en fonction des frais réels.

Pour bien choisir votre mutuelle, vous pouvez en parler à votre dentiste. Il est en effet capable de prédire quels seront les travaux à effectuer dans un avenir proche.

Si vous avez des dents très abîmées qu’il n’est plus possible de soigner et qu’il estime que vous allez avoir de gros travaux, vous devez vous pencher sur un contrat qui sera peut-être un peu onéreux, mais qui vous permettra de choisir les meilleures options.

N’hésitez pas à utiliser notre comparateur gratuit pour découvrir l’offre de mutuelle la plus adaptée à vos besoins :

Ne négligez pas le remboursement d’une prothèse dentaire provisoire

remboursement

La pose d’une prothèse dentaire provisoire est moins onéreuse qu’une prothèse définitive, mais son coût n’est cependant pas négligeable.

S’il vous manque une dent du fond pendant quelques jours, le temps que votre couronne soit fabriquée, vous pouvez tout à fait vous passer d’une prothèse provisoire. En revanche, s’il s’agit d’une dent de devant, même pour quelques jours, c’est beaucoup plus compliqué, car il est difficile d’apparaître édenté en société.

Par ailleurs, quel que soit l’emplacement, il se peut que vous passiez un temps long avant de poser la prothèse. Si par exemple vous devez attendre la cicatrisation d’un abcès avant la pose, il est difficile de laisser un trou dans votre mâchoire.

D’une part, cela peut vous poser des problèmes pour manger et pour parler sans défaut de prononciation ; d’autre part, vos dents adjacentes vont progressivement se déplacer pour combler le trou, ce qui gênera la pose de la prothèse définitive. La prothèse provisoire semble assez inévitable dans ce cas.

La sécurité sociale prend en charge 70 % du coût d’une prothèse provisoire au tarif conventionnel. Vous devez donc bien vérifier sa présence sur le devis et vérifier comment elle est prise en charge dans le contrat de votre mutuelle.