Probiotiques et Syndrome de l’Intestin Irritable

Les personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable ont du mal à vivre normalement, à cause des douleurs abdominales qu’il provoque, ainsi que la crainte permanente d’un transit intestinal capricieux. Comme nous avons vu que les questions relatives au microbiote intestinale affectait la santé des dents, nous incluons cette étude sur nutrident.fr. S’il n’existe pas de traitement qui le guérisse totalement, la prise de probiotiques fait partie des thérapies qui permettent de réduire les causes et ainsi les douleurs du SII.

Que sont les probiotiques ?

Nous possédons tous un microbiote qui regroupe l’ensemble des micro-organismes qui peuplent notre corps et, parmi eux, les probiotiques. Ils se nourrissent des prébiotiques et sont chargés de renforcer notre système immunitaire, car ils s’imposent comme barrière intestinale aux bactéries.

Les probiotiques assurent donc un rôle capital dans notre système digestif. Ils sont naturellement présents dans notre alimentation. Il s’agit de levures que nous trouvons par exemple dans les yaourts, le chou fermenté et la choucroute, le kéfir, etc.

Qu’est-ce que le SII, le Syndrome de l’Intestin Irritable

La SII – Syndrome de l’Intestin Irritable – n’est pas très bien appréhendé en France, où il n’est pas reconnu comme une maladie officielle. Cependant, une association regroupant les patients atteints de cette maladie (APSSII) évalue entre 5 et 10 % la population qui serait touchée par ce syndrome.

Le SII touche davantage les femmes, victimes aux deux tiers. Les patients sont le plus souvent diagnostiqués jeunes, parfois durant l’adolescence, et avant 45 ans.

Le SII provoque des douleurs abdominales récurrentes, ainsi que des ballonnements et des troubles du transit. Ils peuvent se traduire par de la constipation, de la diarrhée, ou d'une alternance des deux.

Le traitement du SII

Aucun traitement ne vient à bout de la maladie, mais il existe des thérapies qui diminuent les symptômes. Pour compliquer l’équation, tous les patients ne répondent pas aux mêmes traitements et un traitement efficace à un instant donné, peut ne plus l’être quelque temps plus tard. Les patients sont donc tenus de tester différents traitements et de ne jamais tenir pour acquise une victoire sur la maladie.

En plus des traitements, dits de première intention, comme les modificateurs de transit et les antispasmodiques, il existe des traitements, dits de deuxième intention, comme l’hypnose ou les antidépresseurs.

Pourquoi utiliser des probiotiques pour soigner le SII

L’utilisation des probiotiques n’a pas pour but de soigner les effets du SII, mais d’atténuer les causes en agissant en amont. Le concept consiste à modifier la composition du microbiote du patient.

Chaque individu possède un microbiote particulier qui se constitue lors des deux premières années de la vie. Il évolue ensuite en même temps que la personne grandit, puis vieillit. Les changements de la composition du microbiote proviennent des comportements et du style de vie : alimentation et habitudes liées à celle-ci, mode de vie, autres affections et pathologies, prises de médicaments, etc.

En cas de SII, le microbiote est perturbé et l’usage des probiotiques vise à rétablir un équilibre, puis à le stabiliser. La Société Nationale Française de Gastro-Entérologie (SNFGE) et la World Gastroenterology Organisation (WGO) étudient de près les conséquences de l’ingestion des probiotiques sur les causes du SII et, au vu de leurs résultats encourageants, recommandent cette pratique.

Où trouver les probiotiques ?

Les probiotiques sont proposés dans des compléments alimentaires, mais il est toujours préférable d’aller les chercher à la source, c’est-à-dire dans l’alimentation. Il est toujours difficile de connaître la composition précise des compléments alimentaires et il existe toujours des additifs chimiques, notamment des conservateurs, qui ne peuvent que perturber l’équilibre de votre organisme.

Voici les exemples les plus fréquents des sources de probiotiques :

  • yaourts ;
  • laits fermentés, comme le lait ribot ;
  • chou fermenté (notamment dans la choucroute) ;
  • kéfir, boisson issue de la fermentation du lait ou de jus de fruits sucrés ;
  • kombucha, boisson acidulée obtenue grâce à une culture symbiotique de bactéries et de levures dans un milieu sucré. Il est traditionnellement préparé en Russie et en Chine avec du thé vert ou thé noir avec du miel, du sucre ou du jus de raisin ;
  • divers dérivés du soja : shoyu, tamari, miso, tempeh, natty, etc. ;
  • bières non pasteurisées ;
  • pain au levain ;
  • fromages persillés, comme le bleu, le roquefort, la fourme, etc. ;
  • fromages avec croûte, comme le camembert, le brie, la Sainte Maure, etc. ;
  • olives, cornichons, pickles, etc.

Il est préférable de consommer ces aliments en les transformant le moins possible. En effet, tout procédé qui utilise la chauffe, comme la stérilisation ou la pasteurisation, pour la conservation des produits, réduit la composition en probiotiques.

Le chou fermenté

Le chou fermenté, riche en vitamine C, contient moins de soufre et ses fibres sont amollies, c’est pourquoi il est plus digeste.

Les pickles

Très populaires chez les Anglosaxons, les pickles à base de cornichons, citrons, concombres, oignons, navets, betteraves, carottes, radis, etc., gagnent en vitamines en étant fermentés et se digèrent mieux.

Le pain au levain

La fermentation du pain au levain facilite l’assimilation par notre organisme de certains minéraux, comme le magnésium et le fer.

Les produits laitiers

Pour le SII, les yaourts sont particulièrement recommandés pour leur teneur en Lactobacillus casei, Bifidobacterium longum et Lactobacillus acidophilus, trois probiotiques qui semblent parmi les plus efficaces.

D’autre part, les produits laitiers non fermentés sont plus digestes que les produits laitiers fermentés, grâce à la concentration en lactose qui se réduit, voire disparaît, avec la réaction chimique due à la fermentation.

Le kéfir

Pour obtenir du kéfir de lait, il faut faire fermenter des grains de kéfir dans du lait, ce qui permet de réduire le taux de lactose du lait et rend la boisson plus digeste.

Pour le kéfir de fruits, les grains sont fermentés dans de l’eau sucrée avec des fruits. Le résultat est une boisson riche en vitamines et en antioxydants, idéale pour faire le plein d’énergie en même temps que chouchouter votre système digestif.

La cuisine asiatique

La cuisine asiatique est recommandée aux personnes souffrant du SII, car elle regorge de produits fermentés, avec par exemple la sauce soja, le kimchi coréen ou la soupe miso. Cette soupe est constituée d’une pâte fermentée de soja très efficace pour calmer les douleurs abdominales.

A propos de l'auteur:

ViolaineRédactrice web spécialisée, Violaine contribue à structurer des informations sur la santé bucco-dentaire et l'alimentation de manière claire et articulée pour pouvoir en faire bénéficier au plus grand nombre sur le site nutrident.fr

 

Lire Aussi

Bienvenue sur Nutrident.fr !

L'équipe Nutrident.fr est composée de personnes qui ont pris en main leur santé dentaire pour moins souffrir des cavités, des gingivites et consorts. Nous avons donc créé  ce site pour partager nos expériences personnelles en matière de santé dentaire. Nous relayons ce que nous avons découvert sur la nutrition, le microbiote intestinal, et leurs associations avec la santé dentaire ; afin de renforcer vos dents et vos gencives, et votre confiance en vous.