Dentiste pas cher : cabinets low cost et tourisme dentaire

dentiste low cost
Que penser des cabinets dentaires low cost ?

En France, les soins dentaires coûtent cher, très cher. Nombreux sont les Français à renoncer à des soins dentaires, ce qui entraîne de nombreuses conséquences sur leur santé.

Face à ce constat, des cabinets dentaires d’un nouveau genre ont vu le jour un peu partout en France, proposant des soins dentaires moins chers.

Aujourd’hui, Nutrident vous propose de faire le point sur ces cabinets dentaires low cost.

Les cliniques dentaires low cost en France

La loi Bachelot de 2009 a permis la création de centres de santé sous statut associatif. Cela signifie que des investisseurs issus de secteurs comme la finance ou le commerce, peuvent créer des cabinets dentaires privés.

Il existe aujourd’hui plus de 600 de ces centres dentaires low cost, les plus connus sont DentiFree, Dentalvie, Dentego ou Dentexia. Leur prix sont beaucoup plus bas que les cabinets dentaires classiques, mais ils font l’objet de sévères critiques. Sachant que ces critiques proviennent des dentistes, on peut douter de leur objectivité et il faut aller au-delà pour se faire une idée de la qualité de ces centres.

Les différences tarifaires

Les différences tarifaires entre un cabinet classique et un cabinet low cost peuvent aller du simple au double, voire au triple.

Pour une couronne métallique, là ou un dentiste classique vous facturera jusqu’à 1200 €, un cabinet low cost ne dépassera pas les 500 €. Pour la couronne céramique, on passe de 1500 à 600 €. L’écart le plus spectaculaire concerne l’implant dentaire qui peut atteindre 2400 € dans un cabinet classique, mais seulement 700 € dans un cabinet low cost.

C’est donc tout naturellement que les cabinets low cost ont connu un essor exponentiel, grâce à tous les patients qui désespéraient de pouvoir se faire soigner et la liste était longue.

Les cabinets low cost peuvent proposer tous les soins, y compris les interventions chirurgicales les plus sophistiquées.

Les actes remboursés – ou pas – par la Sécurité Sociale

Les soins de base sont remboursés par la Sécurité Sociale. Les plus courants sont les caries, le détartrage, les extractions et les radios. Ils sont donc traités de la même manière dans tous les types de cabinets.

Il faut cependant vous méfier des dépassements d’honoraires qui sont tout à fait légaux, mais qui peuvent surprendre au moment de payer la facture si vous n’avez pas demandé préalablement un devis. Les cabinets low cost respectent généralement les tarifs conventionnels.

Si la radio permet de détecter un problème sérieux qui demande des soins plus spécifiques, c’est là que vous trouverez les plus grandes différences tarifaires. Étant donné que les tarifs sont libres pour ce qui concerne les prothèses dentaires et les traitements orthodontiques, par exemple, l’écart va se creuser entre les deux types de cabinets.

Si vous recherchez une complémentaire Santé afin de prendre en charge une partie de vos soins dentaires, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur de mutuelles gratuit.

Quels sont les éléments qui peuvent justifier de tels écarts de prix ?

La localisation du cabinet dentaire

Les centre dentaires low cost s’implantent en périphérie des grandes villes. Cela leur permet de drainer la population citadine qui peut venir en transport en commun, ainsi que la population rurale qui vient en voiture et peut accéder facilement à un parking, contrairement à de nombreuses villes où l’automobiliste est considéré comme un paria et où tout est fait pour qu’il ne puisse ni circuler, ni se garer.

Pour le cabinet, l’économie est évidente. Il peut disposer de locaux plus spacieux et plus accessibles, et beaucoup moins chers.

La mutualisation des achats

Un cabinet dentaire seul ne peut pas négocier ses tarifs d’achat. En revanche, les cabinets low cost qui sont souvent des chaînes travaillant sous la même enseigne peuvent proposer des achats de matériel massifs, afin d’obtenir de bien meilleurs tarifs auprès des fournisseurs.

La délocalisation de certains services

call center
Certaines chaines de dentistes low cost délocalisent leur secrétariat.

Le France étant championne des charges et taxes, le travail coûte extrêmement cher à l’employeur. Les cabinets low cost peuvent délocaliser certains services à l’étranger, sans pour autant déprécier la qualité de leurs prestations.

Il s’agit de tous les services administratifs, la comptabilité, la prise de rendez-vous, le service après-vente…

La rationalisation des services

La rationalisation des services fait partie des reproches récurrents adressés aux cabinets low cost. Le dentiste enchaîne les patients : une assistante « prépare » à la fois le patient et la salle, le dentiste intervient, et part ensuite dans une autre salle, prête pour une nouvelle intervention. On parle d’abattage ou de travail à la chaîne.

Il peut enchaîner davantage de rendez-vous que dans un cabinet classique. Il va de soi que les rapports entre le dentiste et son patient ne sont pas du tout les mêmes.

La salarisation du chirurgien-dentiste

Dans les cabinets dentaires low cost, le chirurgien-dentiste peut être un salarié qui traite les rendez-vous que lui impose son employeur. Moins impliqué dans la réussite du cabinet, il peut être plus négligent.

Peut-on attendre la même qualité d’un cabinet low cost que d’un cabinet dentaire classique ?

Il est évident que le service n’est pas le même dans un cabinet low cost que dans un cabinet classique.

La différence de la relation du chirurgien-dentiste et de son patient

Comme nous l’avons évoqué plus haut, le dentiste qui enchaîne les rendez-vous prendra moins de temps avec son patient. Leurs rapports sont plus anonymes et le dentiste connaît moins bien le patient dont il ne suit généralement pas le dossier depuis des années, mais le découvre lors du rendez-vous.

Cela ne signifie pas que le dentiste sera moins compétent, ou moins impliqué. C’est une question de personne. Vous pouvez trouver des dentistes très peu impliqués dans des cabinets classiques qui semblent un peu blasés et frisent la caricature.

Les diplômes sont les mêmes et, si la logique veut que le dentiste classique soit plus impliqué que celui du cabinet low cost, ce n’est pas toujours vrai.

La qualité du matériel et le respect des normes et de l’hygiène

La qualité du matériel est beaucoup plus problématique, car le meilleur dentiste du monde, s’il doit travailler avec du matériel de piètre qualité, ne pourra effectuer du bon travail. Les cabinets low cost devant faire des économies d’échelle, rogner sur les fournitures fait partie de leurs habitudes.

matériel dentaire
La qualité du matériel peut faire défaut.

Pour prendre un exemple, si vous devez vous faire poser un implant, sa longévité ne sera pas la même selon la qualité de l’implant utilisé, même si la pose est parfaitement effectuée.

L’hygiène est aussi souvent remise en question. Le problème de la rentabilité est qu’elle oblige à aller vite, ce qui implique que certaines procédures peuvent être rapidement expédiées, voire oubliées, pour pouvoir passer plus vite au rendez-vous suivant. Si la procédure concerne par exemple la stérilisation du matériel, on comprend vite le problème.

La dérive mercantile et l’incitation à la consommation

L’autre point très discutable concerne l’incitation à la consommation. Alors qu’un dentiste se doit de trouver toutes les solutions pour conserver les dents vivantes, avant d’envisager les prothèses, dans un cabinet low cost, le patient est souvent incité à accepter des prothèses, plus rentables.

En résumé, vous n’avez souvent aucun intérêt à vous rendre dans un cabinet low cost pour des soins de base comme le détartrage, l’obturation des caries et les extractions dentaires, puisque ces actes sont remboursés. En revanche, vous pouvez vous rendre dans ce type de cabinet – en prenant toutes les précautions – pour la pose d’une couronne ou d’un implant.

Si votre dentiste habituel vous affirme qu’il n’y pas d’autre solution que la pose d’un implant par exemple et que vous n’en avez pas les moyens, vous pouvez choisir un cabinet low cost en prenant toutes les informations à son sujet et en vérifiant sa réputation.

En revanche, il vous est déconseillé de vous rendre directement dans un cabinet low cost qui risque de vous pousser à la consommation et vous faire retirer des dents, là où ce n’était peut-être pas nécessaire.

Les soins dentaires à l’étranger

Les soins dentaires à l’étranger représentent la deuxième alternative au coûteux dentiste français. Les trois pays dignes de confiance qui se détachent sont la Hongrie, l’Espagne et le Portugal.

Bien sûr, étant donné qu’il faut prendre en compte les frais de transport et d’hébergement, les travaux à réaliser doivent être conséquents pour y trouver un avantage. Dès qu’il s’agit de prothèses, la différence de prix est spectaculaire, jusqu’à trois fois moins cher.

La différence de prix s’explique par les écarts de prix pour les charges, le matériel et les loyers.

Voici une vidéo intéressante sur le sujet des soins dentaires à l’étranger:

Bénéficie-t-on du remboursement de la Sécurité Sociale ?

Au sein de l’Union Européenne, vous pouvez bénéficier du remboursement de la Sécurité Sociale et de votre mutuelle. Une directive datant de 2011 et transposée dans le droit français en octobre 2013 énonce qu’un citoyen européen décidant de se faire soigner dans un autre pays membre peut prétendre à un remboursement, comme s’il avait été soigné en France. Conservez tous les justificatifs, radios, comptes rendus et factures pour demander votre remboursement en rentrant en France.

Ce remboursement est calculé sur le tarif de remboursement français, mais si les soins vous ont coûté moins cher, vous êtes gagnant (en retirant le transport et l’hébergement, n’oubliez pas). Si vous vous faites poser un implant qui n’est pas remboursé en France, vous n’aurez droit logiquement à aucun remboursement.

carte européenne d'assurance maladie
La carte européenne d’assurance maladie peut vous permettre de ne pas avoir à avancer les frais.

Vous n’avez aucune démarche particulière à effectuer auprès de la Sécurité Sociale, sauf pour les traitements orthodontiques. En revanche, vous devez vous procurer une carte européenne d’Assurance Maladie que vous pouvez demander en vous rendant dans n’importe quel centre de l’Assurance maladie ou directement en ligne sur leur site.

Avec cette carte, vous n’aurez, dans certains cas, même pas à avancer les frais.

Interrogez votre assurance complémentaire santé, car toutes n’offrent pas les mêmes conditions lorsque vous vous rendez à l’étranger.

Quelle est la qualité des soins dentaires à l’étranger ?

Comme en France, il y a de bons et de mauvais dentistes. Les pays que nous avons cités plus haut, – la Hongrie, l’Espagne et le Portugal – offrent des formations de la même qualité qu’en France. Leurs dentistes sont d’ailleurs autorisés à pratiquer en France, à Paris et en province.

Vous devez prendre quelques précautions avant de vous décider. Ne vous fiez pas bien sûr à toute la publicité que vous allez trouver sur Internet et qui vous assure des partenariats avec des cabinets dentaires de la plus grande qualité, ces affirmations n’ont aucune valeur légale.

Tournez-vous vers un cabinet qui a pignon sur rue et le mieux est toujours de recueillir des témoignages bien réels, et pas des avis sur leur site Internet.

Que se passe-t-il en cas de complications ?

Les complications représentent l’inconvénient majeur et non négligeable d’une intervention dans un cabinet dentaire à l’étranger. Refaire le voyage annulerait automatiquement l’économie réalisée.

Sachez que vous aurez du mal à trouver un dentiste qui voudra reprendre le travail, sauf urgence absolue. Il faut comprendre qu’un dentiste engage sa responsabilité civile personnelle lorsqu’il vous soigne. Ne connaissant pas les conditions dans lesquelles vous vous êtes fait soigner, il refusera de prendre le risque de réintervenir sur votre problème dentaire.

Le choix de se faire soigner à l’étranger est une décision à prendre après mûre réflexion, car si l’économie est réelle, le risque d’une complication doit être sérieusement pris en compte.