Syndrome de SADAM : Quand L'Articulation De La Mâchoire Vous Taraude

SADAM signifie Syndrome Algo-Dysfonctionnel de l'Appareil Manducateur. Cette pathologie peu connue résulte du dysfonctionnement de l’articulation de la mâchoire. Les douleurs entraînées par le SADAM peuvent devenir extrêmes. La rareté du syndrome engendre parfois des erreurs de diagnostic, c’est pourquoi Nutrident.fr vous propose de faire toute la lumière sur ce mal qui peut devenir handicapant.

Qu’est-ce que le SADAM

Le SADAM – autrement appelé le syndrome de Costen – est lié au dysfonctionnement de l’articulation entre l’os crânien temporal et la mandibule (le maxillaire inférieur).

Ce syndrome engendre des problèmes mécaniques pour fermer la mâchoire et pour mastiquer, ainsi que des douleurs localisées, mais également étendues au reste du visage et du corps tout entier.

Le SADAM concerne les différentes parties de l’appareil masticateur :

  • le disque articulaire qui coiffe la tête du condyle (tête d'articulation de l’os, de forme arrondie) qui doit normalement éviter les frottements ;
  • les surfaces articulaires de l'os temporal et les condyles recouverts de cartilage ;
  • les muscles masticateurs ;
  • les tendons ;
  • les surfaces d'occlusion dentaire qui sont les parties des dents qui se superposent lorsque la bouche est fermée.

Quelles sont les causes du SADAM

Le SADAM provient de causes diverses résultant d’une malformation ou d’un accident. La cause la plus répandue est un problème mécanique qui engendre un trouble de l’occlusion dentaire. Il existe diverses raisons pour lesquelles les dents ne s’emboîtent pas correctement :

  • elles ont poussé de façon anarchique ;
  • il manque des dents ,
  • des travaux de réparation dentaire ont été mal effectués ou ont dégénéré avec le temps.

Le SADAM est aussi souvent provoqué par une hyper contraction récurrente des muscles de la mâchoire. Ces crispations sont le plus souvent inconscientes. Elles apparaissent la journée chez les sujets hypernerveux, et la nuit, elles peuvent se transformer en bruxisme qui fait grincer des dents la personne concernée. Le bruxisme conduit à une inéluctable usure des dents prématurée qui aggrave encore davantage les problèmes d’occlusion.

Lorsque le SADAM est causé par une nervosité exacerbée, il est considéré comme une maladie psychosomatique.

D’autres facteurs sont responsables du SADAM : les anomalies héréditaires, les problèmes rhumatismaux, des comportements posturaux inadéquats, une obstruction nasale chronique…

Enfin, le SADAM peut résulter de traumatismes à la suite d’un choc impliquant les mâchoires, le visage, le crâne ou les cervicales.

 

Les difficultés du diagnostic

Le SADAM touche tout le monde, même si on le rencontre davantage entre 20 et 50 ans. Les symptômes étant légion et le syndrome peu répandu, le diagnostic est parfois long à poser. Le chirurgien-dentiste doit prendre le temps d’établir un questionnaire médical minutieux, avant de passer à un examen clinique du fonctionnement de la mâchoire, tout aussi méticuleux. Il doit passer en revue l’ouverture buccale, son occlusion et les points de contact entre les dents, l’articulation elle-même, ainsi que la musculature masticatrice.

Le chirurgien-dentiste procède au minimum à une radio panoramique dentaire, mais peut aussi effectuer un scanner de l’articulation et une IRM.

Comment reconnaître le SADAM

Les douleurs

Les douleurs occasionnées par le SADAM poussent le patient à consulter un chirurgien-dentiste, mais aussi un médecin généraliste, car, si elles sont parfois localisées sur l’articulation de la mâchoire, elles peuvent souvent s’étendre à la face – et notamment à l’avant des oreilles – mais aussi sur la colonne vertébrale et jusque dans les pieds. Ces zones du crâne abritent un système complexe et dense de petits muscles et de vaisseaux capillaires. Toute tension a des répercussions diffuses sur une large zone.

Dans le pire des cas, les douleurs peuvent de déplacer dans tout le dos, les hanches, le bassin, voire les pieds avec des crampes récurrentes.

Les douleurs et gênes sont le plus souvent concentrées lors de l’ouverture et la fermeture de la bouche. Elles deviennent parfois lancinantes, se localisent dans toute la cavité buccale ou se déplacent vers l’avant de l’oreille.

En conséquence, les maux de têtes deviennent fréquents.

Les problèmes articulaires

Le SADAM engendre des problèmes de mastication et, à l’extrême, le risque de se déboîter la mâchoire. Le patient peut se retrouver la mâchoire bloquée dans une position fermée, ouverte ou intermédiaire.

Lors de la mastication, vous pouvez entendre des petits craquements ou crissements.

Les problèmes ORL

Toute la sphère ORL est impactée par le SADAM et les conséquences sont diverses : acouphènes, sensation d’oreille bouchée, vertiges, sinusite et même des problèmes oculaires.

Les autres symptômes

Des problèmes annexes peuvent apparaître : usure inégale et exagérée des dents, problèmes de déglutition, hypersalivation, aphtes, problèmes digestifs…

Comment prévenir le SADAM

Une excellente hygiène bucco-dentaire est bien sûr de mise, tout comme une visite annuelle de contrôle chez le dentiste, afin de détecter les prémices du syndrome.

Vous devez à tout prix éviter la crispation des muscles de la mâchoire si vous sentez des douleurs chroniques. Pratiquez la relaxation et évitez les chewing-gums si vous êtes d’un naturel nerveux.

Comment traiter le SADAM

Tous les problèmes résultant de comportements inappropriés, comme les défauts de mastication ou le bruxisme peuvent être modifiés par des exercices de rééducation pour contrôler la posture de la mâchoire, ainsi que des techniques de relaxation, et des thérapies cognitives et comportementales pour apprendre à gérer le stress.

Lorsque vous êtes sujet à une douleur aigüe, en attendant votre rendez-vous chez le dentiste, vous pouvez appliquer un sachet de glace pour anesthésier la douleur, mais aussi un gant de toilette humidifié chaud pour apaiser les muscles.

Ensuite, il revient à votre dentiste de vous choisir le bon traitement. Outre les soins dentaires si besoin, il peut vous prescrire un traitement médicamenteux à base d’antalgiques et d’anti-inflammatoires.

Il existe aussi des thérapies à l’aide de l’ostéopathie ou de la kinésithérapie mandibulaire. Le TENS – la neurostimulation électrique transcutanée – est également un bon moyen pour détendre les muscles.

En fonction des problèmes d’occlusion, le dentiste peut avoir recours à un appareillage de type gouttière dentaire, notamment pour lutter contre le bruxisme, mais aussi pour corriger les anomalies d’occlusion.

Dans les cas les plus graves, le dentiste peut avoir recours à la chirurgie.

Lire Aussi

Bienvenue sur Nutrident.fr !

L'équipe Nutrident.fr est composée de personnes qui ont pris en main leur santé dentaire pour moins souffrir des cavités, des gingivites et consorts. Nous avons donc créé  ce site pour partager nos expériences personnelles en matière de santé dentaire. Nous relayons ce que nous avons découvert sur la nutrition, le microbiote intestinal, et leurs associations avec la santé dentaire ; afin de renforcer vos dents et vos gencives, et votre confiance en vous.