L’Alcool et les dangers pour la santé bucco-dentaire

alcool et santé dentaire
L’alcool cause d’importants désagréments bucco-dentaires. Découvrez-les !

Augmentation du risque cardiovasculaire, cancers digestifs, maladies du système nerveux, ou encore troubles cognitifs, la consommation de boissons alcoolisées, quelles qu’elles soient, est néfaste à notre santé générale. Nous le savons pertinemment car on ne cesse de nous le répéter. Mais on évoque rarement les effets de l’alcool sur notre santé bucco-dentaire. Alors quels sont ces effets ? Nutrident.fr fait le point sur ce sujet dans l’article qui suit.

L’alcool cause une mauvaise haleine

Il existe un lien étroit entre l’halitose (mauvaise haleine) et la consommation régulière d’alcool. Nous savons que les mauvaises odeurs de la bouche proviennent des composés sulfurés produit par les bactéries de la cavité buccale, donc un déséquilibre de cette flore bactérienne, c’est-à-dire une augmentation des mauvaises bactéries et une diminution des bonnes, est le principale facteur en cause.

Or, l’alcool diffuse rapidement dans la salive et les tissus mous de l’organisme dont les glandes salivaires. Il provoque donc au niveau des ces dernière ce qu’on appelle une « sialadénite », c’est-à-dire une inflammation des glandes salivaires.

Ceci a pour conséquence une diminution du débit salivaire, et étant donné le rôle important de la salive dans le maintien de l’équilibre de la flore bactérienne buccale et du pH, cette diminution favorise la multiplications des bactéries responsables des mauvaises odeurs. Ce phénomène d’halitose est souvent aggravé par les mauvaises habitudes d’hygiène bucco-dentaire d’un grand nombre de buveurs d’alcool.

L’alcool cause des caries et des chutes dentaires

Toutes les boissons alcoolisées sont acides et sucrées, leur consommation journalière est donc associée à une diminution permanente du pH buccal (pH plus acide), ce qui fournit les conditions idéales pour la formation des caries dentaires.

alcool érosion dentaire
L’alcool est un facteur important de la perte des dents.

Par ailleurs, l’alcool consommé régulièrement provoque des érosions dentaires, c’est-à-dire une perte plus ou moins étendue au niveau du tissu dur des dents. Ceci est expliqué par les régurgitations acides et les pathologies gastriques fréquemment associées aux consommateurs réguliers d’alcool. Cette érosion dentaire fragilise la dent et l’expose à sa colonisation bactérienne, ce qui aboutit à la formation d’une carie sur la dent puis à la perte totale de celle-ci.

Implant dentaire : l’alcool diminue la qualité de l’ostéo-intégration

L’ostéo-intégration est le processus de cicatrisation et de régénération osseuse autour d’un implant dentaire. La consommation régulière de boissons alcoolisées est connue pour favoriser, d’une façon générale, l’ostéoporose. Les os de la mâchoire ne font pas exception ! En effet, les buveurs d’alcool ont une mauvaise qualité l’ostéo-intégration après la pose d’un implant dentaire. Ceci a pour conséquence un manque de stabilité de l’implant et un risque de survenue d’une péri-implantite, c’est-à-dire une infection et inflammation des tissus mous et durs entourant l’implant.

C’est pour cela que les chirurgien-dentistes insiste sur la nécessité d’arrêter la consommation de boissons alcoolisées (ainsi que de tabac) jusqu’à la fin de la période d’ostéo-intégration.

L’alcool favorise les maladies parodontales

La consommation journalière d’alcool a de nombreuses répercussions sur les tissus mous de la cavité buccale, notamment le parodonte et la muqueuse buccale. Plusieurs facteurs s’associent dans la survenue de maladies parodontales, en voici les principaux :

  • Les carences nutritionnelles fréquemment observées chez les gros consommateurs de boissons alcoolisées ;
  • Le reflux gastro-œsophagien (qui agresse tous les éléments de la cavité buccale) ;
  • Les facteurs psychologiques (anxiété, stress, dépression…), en effet, le stress favorise les phénomènes inflammatoires chroniques et la baisse de la réponse immunitaire en induisant le sécrétion de cortisol. Ce qui fournit un terrain propice au développement des maladies parodontales ;
  • La sécheresse buccale : la baisse du débit salivaire induite par la consommation d’alcool expose à de nombreuses infections, notamment les infections mycosiques ;

L’alcool augmente le risque de cancer buccal

cancer muqueuse
La consommation d’alcool augmente le risque de développer un cancer de la sphère orale.

La consommation régulière d’alcool est aussi un facteur de risque majeur dans le développement de nombreux cancers, dont le cancer le la cavité buccale. En effet, elle fragilise la muqueuse buccale, ce qui l’expose à la formation de lésions précancéreuses appelées « leucoplasies ». Ces dernières se présentent sous forme de tâches blanchâtres non détachables par le grattage, et surtout, non douloureuses, ce qui rend leur diagnostic tardif.

En conclusion

Afin de préserver sa santé générale et celle des ses dents, il vaut mieux limiter au strict minimum sa consommation d’alcool. Pour cela, ne jamais dépasser les quantité maximales fixées par les organismes de santé, à peu prés à 2 verres standards par jour pour une femme et 3 pour un homme. Il est aussi déconseillé de consommer de l’alcool tous les jours, il faut laisser des pauses d’un ou deux jours pour laisser le temps à votre organisme de se détoxifier.

Enfin, nous insistons sur le brossage dentaire, ne vous couchez jamais après avoir bu de l’alcool sans vous avoir brossé les dents !

Sources médicales

Odontologie hospitalière. L’alcool : une drogue licite aux conséquences bucco-dentaires non négligeables. Article publié par EDP Sciences et disponible sur le site http://www.aos-journal.org ou http://dx.doi.org/10.1051/aos/2013205

Michel Olesinski. Psychotropes. Une bonne santé bucco-dentaire pour lutter contre les addictions. https://www.cairn.info/revue-psychotropes-2009-2-page-69.htm